Rio 2016
-743 jours
Pyeongchang 2018
-1296 jours
Tokyo 2020
-2192 jours
POLITIQUE
Soucieux d'indépendance, le mouvement olympique tout entier et son instance suprême, le CIO, ont veillé à ce que la politique internationale n'interfère pas dans leurs activités.Ainsi c'est le CIO qui cooptent ses représentants au sein des pays et non le contraire.Mais entre cette noble théorie et la réalité, les actes démontrent souvent le contraire. Ainsi depuis l'origine des jeux, les incidents politiques jalonnent leur histoire.C'est vrai dès 1904 lorsque le président Roosevelt choisit d'organiser les jeux à Saint Louis pour les faire coïncider avec l'Exposition universelle, alors que Chicago avait été choisi par le CIO.Ca l'est plus encore à Berlin en 1936, quand le CIO impose la capitale allemande alors que l'opinion internationale demande le déplacement des jeux dans une autre ville, en l'occurrence Barcelone.Ce mouvement s'est poursuivi avec les manifestations de boycott de certaines nations à partir des jeux de Melbourne en 56. D'autres boycott ont également concerné les jeux de 76, de 80, de 84 et de 88.En 68 à Mexico, c'est la question des droits des noirs américains qui est posée.Plus effroyable encore, il y a l'attentat terroriste palestinien perpétré lors des jeux de 72 à Munich.Aujourd'hui, en dépit d'actes isolés comme l'attentat des jeux d'Atlanta en 96 revendiqué par un déséquilibré, s'est ouvert une ère qui permet aux jeux olympiques d'échapper aux grandes pressions politiques et internationales.
Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms