Rio 2016
-618 jours
Pyeongchang 2018
-1171 jours
Tokyo 2020
-2067 jours
SANCTUAIRE
C'est sous cette appellation qu'on évoque de nos jours le site sportif d'Olympie, au centre duquel se trouvaient jadis le temple et l'immense statue de Zeus. Il ne reste plus que des ruines de cet édifice. Pendant les Jeux antiques, le sanctuaire est interdit aux femmes mariées, tandis que les jeunes filles sont admises. Il faut dire que les athlètes qui concourent sont nus. Cette disposition est prise afin de ne pas permettre aux spectateurs d'encourager leurs favoris. Notons que les poètes et les écrivains viennent également assister aux compétitions. Ainsi Aristote qualifie les pentathloniens de « plus bels hommes de Grèce ». S'agissant d'un sanctuaire entièrement destiné au sport et les Jeux constituant une période de confrontation pacifique entre les régions helléniques, les armes sont tout naturellement interdites sur le site.
Aujourd’hui la commune d’Olympie aimerait être davantage associé au rituel olympique. Elle souhaiterait que le président du Comité international olympique soit toujours élu dans la ville par exemple ou que des Jeux culturels y soient organisés les semaines qui précèdent les compétitions sportives pour rappeler la "dimension spirituelle" des Jeux antiques.
Reste qu’à l’occasion des Jeux d’Athènes 2004, les organisateurs ont choisi de faire disputer les épreuves du poids olympique sur le site d’Olympie. Les hommes et les femmes s’y sont affrontés. C’était un bel hommage rendu à ce site exceptionnel. Pour l’occasion, les spectateurs se sont assis sur les talus qui bordent le stade olympique. Aucun aménagement ne fut réalisé afin de préserver le mythe. Les entrées étaient également gratuites.
Olympie, berceau des Jeux, reste toutefois le sixième site antique le plus visité de Grèce, derrière l'Acropole d'Athènes, Cnossos en Crète, l'Acropole de Lindos à Rhodes, Epidaure et Delphes.

Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms