Rio 2016
-620 jours
Pyeongchang 2018
-1173 jours
Tokyo 2020
-2069 jours
TELEVISION
La télévision tient une place considérable dans l'organisation des Jeux. C'est elle qui assure au CIO de confortables revenus afin de s'attacher des droits d'exclusivité. C'est pour elle que le CIO envisageait voici peu d’allonger la durée des Jeux. Il était envisagé de les faire durer plus longtemps afin d'assurer aux télévisions des parts de marché (et d'audience) et des recettes publicitaires très importantes.
Il n'en a pas toujours été ainsi. Jusqu'au milieu, du XXe siècle, la presse écrite puis la radio ont été au cœur du dispositif olympique. Mais si ces médias ont assuré la promotion du mouvement olympique, ils n'ont pas permis son indépendance financière.
C'est en 1936 que la première caméra de télévision est montrée au public par le chef de la propagande nazie, juste avant le début des Jeux de Berlin. En 48 à Londres, 500.000 personnes visionnent les reportages réalisés pendant les Jeux. Dès les Jeux d'Helsinki en 52 et ceux de Melbourne en 56, des discussions concernant les droits télévisés sont engagées. Ils n'aboutissent pas. Il faut attendre les Jeux de Rome en 1960 et la naissance de l'Eurovision pour permettre aux téléspectateurs de regarder les épreuves en direct. À Mexico en 68, des millions de téléspectateurs peuvent les voir en couleur. Pourtant à l’époque, le CIO ne mesure pas l’impact de ce nouveau média et des bénéfices dont il peut en tirer. Ainsi, l'Américain Avery Brundage, alors président du CIO, déclarait-il : "Le CIO s'est bien passé de la télévision pendant 60 ans, il peut continuer pour les 60 années à venir".
Pourtant à Séoul en 1988, les droits de retransmission sont 350 fois supérieurs à ceux qui sont engagés pour les Jeux de Rome. À Barcelone, la chaîne américaine NBC paie 410 millions de dollars pour s'attacher les droits de télévision, droits dont elle revend ensuite à ses consœurs du monde entier. Elle paiera le double à Sydney 2000 et près de 2 milliards pour les Jeux d’Athènes. Lors de ces Jeux, 2000 télévisions du monde entier ont retransmis les images des Jeux et notamment de la cérémonie d’ouverture. Selon les estimations, près de quatre milliards de personnes dans le monde suivaient cette manifestation.
Aujourd’hui le CIO par l’intermédiaire de sa propre organisation l’OBS comme Olympic Broadcasting Service a pour mission, en tant que principale institution chargée de la retransmission radiotélévisée, d'offrir aux différents organismes de radiotélévision du monde des signaux publics de retransmission des jeux olympiques par radio et télévision durant les Jeux Olympiques et Paralympiques. De plus, elle est chargée de construire et de mettre en opération le Centre international de radiodiffusion ainsi que les installations de retransmission d'autres sites olympiques.
Reconnaissons que la télévision offre des images parfois fort belles. Le téléspectateur est au cœur du dispositif. Il voit des ralentis, des images sous-marines, des gros plans que le spectateur ne verra jamais. Quant au spectateur, il conservera en mémoire des émotions que n'aura sans doute jamais le téléspectateur.
Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms