Rio 2016
-703 jours
Pyeongchang 2018
-1256 jours
Tokyo 2020
-2152 jours
TRICHEUR
Contrôlé positif après avoir gagné et pulvérisé le record du monde du 100 m des Jeux de Séoul en 1988, le canadien Ben Johnson reste aux yeux du monde le plus grand tricheur de l'histoire des Jeux. Mais nombreux sont ceux qui contrôlés positifs ou non, enfreignent chaque jour l'éthique du sport qui veut que chaque athlète ou champion soit à égalité de chance avec son adversaire. Un programme élaboré en 1999 tend à lutter contre le dopage et à moraliser le sport.
Avant Johnson, citons l'exemple de tricheurs qui ont été dénoncés pendant les Jeux eux-mêmes. Ainsi Fred Lorz, vainqueur du marathon des Jeux de Paris en 1900 et qui a fait 3/4 du parcours en voiture est dénoncé et éliminé... En revanche, l'américain Thomas Hicks vainqueur à Saint Louis quatre ans plus tard et qui s'est dopé pour y parvenir est malgré tout déclaré vainqueur ! Citons encore l'exemple de ce pentathlonien soviétique qui a modifié son arme dans l'épreuve d'escrime, afin que sa lampe témoin s'allume, même s'il ne parvient pas à toucher précisément son adversaire. Il est immédiatement disqualifié. Et puis il y a cet épisode irresponsable du hongrois Fazekas aux Jeux d’Athènes en 2004. Vainqueur du lancer du disque, il fournit un faux échantillon d’urine lors du contrôle antidopage en utilisant un réservoir muni d’une pipette. Un système d’un autre âge et qu’on croyait pourtant disparu. Il devra rendre sa médaille et sera exclu des Jeux.
Précisons qu'aux Jeux d'Olympie, les tricheurs existaient déjà. Les athlètes qui étaient pris en flagrant délit ou qui avaient tenté de corrompre les juges étaient fouettés en place publique !
Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms