Rio 2016
-591 jours
Pyeongchang 2018
-1145 jours
Tokyo 2020
-2040 jours
PEKIN (Chine)
La 112e session du CIO a officiellement désigné Pékin comme ville organisatrice des Jeux olympiques 2008, conformément à toutes les prévisions. La capitale chinoise a devancé Toronto et Paris. Manifestement, les tentatives de déstabilisation de la candidature chinoise, en grande partie axées autour du problème du respect des droits de l'homme, n'ont pas ébranlé les convictions des membres du CIO sur la solidité générale du dossier. Au contraire, le travail de persuasion des représentants chinois a fonctionné à merveille. Ainsi, l'idée qui semble globalement admise est que l'organisation des Jeux est une chance pour la Chine de progresser vers la voie de la démocratie. Reste que les chinois devaient tout construire d'ici 2008. Ils vont consacrer plusieurs milliards de dollars à cette réalisation. Les organisateurs ont édifié la cité olympique sur un terrain de 1200 hectares. Les stades, le village médias et le village olympique sont édifiés sur place. Les chinois ont promis de réaliser les Jeux les plus technologiques jamais vus jusque-là. Ainsi, les chinois ont-ils envoyé un satellite sur orbite pour surveiller l'avancement des travaux des jeux Olympiques 2008. Le satellite fournissait en direct des éléments scientifiques au gouvernement qui pouvait prendre des décisions et surveiller les questions de protection de l'environnement, d'urbanisme, de risques naturels et de circulation automobile.
De fait, les réalisations furent parfaites. Le stade surnommé le « Nid d’oiseau » est sans conteste, le plus beau du monde, une architecture contemporaine et très aérée qui fut désigné parmi les plus belles réalisations du siècle. De même, la piscine baptisée le « Cube d’eau » semblait ressembler à un gros glaçon posé sur l’aire olympique. Et puis que dire de la cérémonie d’ouverture, absolument suberbe, qui va démontrer toute la technologie et toute la pyrotechnie dont les chinois sont capables. On n’oublie pas le moment de grâce également lorsque l’ancien gymnaste Li Ning porté dans les airs par un filin survole le stade pour allumer la vasque avant un embrasement général du stade.
Les Jeux de Pékin resteront parmi les plus réussis, parmi les plus aboutis, même si la question des droits de l’homme, n’est pas régléee. Plusieurs associations comme Reporters sans frontières le dénonceront avec force avant les Jeux sans vouloir pour autant compromettre les compétitions.
Des compétitions qui vont démontrer que les programmes d’entraînements intensifs déployés pour leurs athlétes permettront aux chinois de devenir la première nation mondiale. Ils remporteront plus de cinquante médailles d’or en écrasant des disciplines comme la gymnastique, le plongeon, le badminton ou le tennis de table, mais se hissant également sur des podiums de voile, de cyclisme, de natation ou de judo et même de beach-volley qui démontre que les chinois avaient bien préparé leur affaire.
Reste la question de la pollution qui constituait un souci majeur à Pékin. Afin d'y remédier, les organisateurs chinois avaient initié une vingtaine de projets employant près de 200 000 personnes. Rien n’avait été laissé au hasard. Ainsi, les branches d'activité les plus polluantes furent délocalisées afin d'améliorer la qualité de l'air et de l'environnement autour et dans la capitale chinoise.


Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms