Rio 2016
-618 jours
Pyeongchang 2018
-1171 jours
Tokyo 2020
-2067 jours
MALADIE
Devenir médaillé aux Jeux relève presque toujours de l’exploit. Il faut de l’entraînement, de la persévérance, du talent et souvent de la chance. Mais que dire de ceux pour qui le titre olympique relève du miracle. Ceux atteint de maladie dans leur petite enfance et qui à force de courage, d’abnégation se sont hissés au firmament de leur discipline.
Le plus célèbre d’entre eux, c’est Ray Ewry, l’un des plus primés aux Jeux. Ewry a remporté huit médailles d’or et deux aux Jeux intercalaires alors que l’américain atteint de poliomyélite n’a retrouvé l’usage de ses jambes qu’à l’adolescence. Même cas de figure avec l’haltérophile américain Charles Vinci, deux fois champion olympique à Melbourne et Rome après avoir soulevé des tonnes de fontes pour guérir d’une poliomyélite. Le nageur australien Jon Konrads lui avale des longueurs de bassin pour guérir de sa polio. Il deviendra le meilleur nageur du pays avant de devenir champion olympique. Il existe d’autres exemples, comme Tenley Albright, Scott Hamilton ou Lis Hartel. Des champions capables de se sublimer pour guérir de leur maladie et pouvoir ensuite toiser leurs rivaux du haut de la plus haute marche.
Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms