Rio 2016
-653 jours
Pyeongchang 2018
-1206 jours
Tokyo 2020
-2102 jours
Une cérémonie d'ouverture à grand spectacle attendue par le monde entier - 8/8/2008
Aux jeux Olympiques de Pékin, tout est à grande échelle et la cérémonie d'ouverture vendredi n'y échappera pas, avec un spectacle de trois heures marqué par l'ouverture au monde, la promotion de la culture chinoise traditionnelle et son inscription dans la modernité.
Plus la fête est longue et plus les risques sont grands, et les responsables chinois, après s'êtres investis pour obtenir l'organisation des Jeux, veilleront au grain sur le déroulé d'une soirée qu'ils espèrent sans le moindre accroc.
Quelque 15.000 personnes assureront le spectacle au Stade national, surnommé le "Nid d'oiseau", et 29.000 feux d'artifice devraient ponctuer la cérémonie, qui doit débuter à 20h08 (heure locale). De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus dans la tribune officielle.
Depuis des lustres, toute cérémonie d'ouverture sert à vanter la culture du pays hôte. La Chine, longtemps réticente aux regards indiscrets de l'étranger, est désormais prête à devenir le centre d'attention d'une audience de plusieurs centaines de millions de téléspectateurs.
C'est le réalisateur Zhang Yimou, connu pour sa nomination aux Oscars pour son film "Le secret des poignards volants", qui a supervisé la cérémonie. Il a déjà révélé que le spectacle allait porter sur "la longue et ancienne histoire de la nation chinoise". "La performance reflètera les aspects culturels de la société chinoise et montrera ce que sont la Chine moderne et son peuple", a-t-il précisé.
Ses assistants avaient auparavant donné des pistes générales, indiquant par exemple une évocation de l'opéra chinois et un hommage aux victimes du séisme de mai au Sichuan.
Conçue depuis trois ans comme un secret d'Etat ou presque, la cérémonie a toutefois levé un coin de son voile lorsqu'une télévision sud-coréenne, SBS, a tourné quelques images d'une des répétitions fin juillet et les a diffusées sur internet.
La seule information demeurée vraiment secrète reste l'identité du dernier porteur de la flamme. La star du basket chinois Yao Ming, pressentie pour cet honneur, l'a déjà portée mercredi sur la place Tiananmen, et la tradition veut qu'une personne ne puisse le faire qu'une fois.
Seule indication livrée par les organisateurs: ce sera une personnalité choisie pour sa "réussite sportive" et son "influence sociale".




Copyright Dicolympic - Contact - Conception WFHCustoms